MENU
Shamit Shome est prêt à retrouver les sommets avec le Cavalry

Même si le début de saison n’est pas exceptionnel, le moral est au beau fixe au Cavalry, assure Shamit Shome. Le joueur de 26 ans, titulaire et polyvalent, sait que son équipe a le potentiel pour régler les détails qui l’empêchent d’aller au sommet. Il l’assure : son équipe sera encore au rendez-vous cette saison.


Le Cavalry est en embuscade. Si le jeu de mots est un peu facile, il illustre bien la situation dans laquelle se trouve le club albertain. 

6e au classement de la CPL avec 13 points, le Cavalry n’est pas dans les places qualificatives pour les séries éliminatoires. Un fiasco pour cette équipe qui a fait des merveilles l’an passé? Non, car les apparences sont trompeuses. 

Après 10 rencontres, le Cavalry n’a perdu qu’une seule fois. Seul l’Atlético Ottawa, solide leader de la CPL, fait aussi bien. Le Cavalry n’est par ailleurs qu’à 4 petits points de York United, le dauphin, avec un match de plus à disputer. Le problème, c’est que le Cavalry ne parvient pas à gagner. 70% de ses rencontres se sont soldées par un match nul. Une situation « incroyable » pour Shamit Shome, le milieu de terrain du Cavalry.

« Je n’ai jamais connu ça dans ma carrière, mais le point positif est que nous ne perdons pas et que nous pouvons bâtir là-dessus. Il faut maintenant comprendre les raisons et déterminer ce qui va nous permettre de gagner. À chaque match, il ne nous a pas manqué grand-chose, un peu de réussite dans le dernier tiers, un tir non cadré… On va continuer à s’entraîner et à progresser », assure Shamit Shome.

Le Cavalry dispose de la 3e meilleure défense de la ligue, mais seulement la 6e attaque sur 8 équipes, ce qui fait dire à Shamit Shome que le problème est « principalement offensif. »

Il faut dire que, de ce point de vue, même si Tobias Warschewski fait un très bon début de saison, il n’est pas si simple de combler le vide laissé par Myer Bevan, meilleur buteur de la CPL en 2023. Il a aussi fallu composer avec l’absence d’Ali Musse, l’ailier virevoltant élu meilleur joueur de la saison 2023 par ses pairs. Un défaut dans la création offensive qui pèse lourd.

« Défensivement, nous sommes très solides. C’est principalement un problème offensif, mais nous avons de bons attaquants, donc je ne suis pas vraiment inquiet. Il faut simplement tenter notre chance, s’ajuster dans nos passes, gérer la profondeur… De cette façon, on obtiendra plus d’opportunités et on marquera plus de buts. Je ne pense pas que nous nous créions suffisamment d’occasions en ce moment », estime Shamit Shome.

Un plus grand réalisme pourrait permettre au Cavalry de retrouver un classement plus en adéquation avec ses ambitions, son statut dans la CPL et les attentes du début de saison. Il faudrait néanmoins compter sur un relâchement de l’Atlético Ottawa, qui est à 8 points avant un duel entre les deux équipes dans le cadre de la 11e journée.

« Ottawa est une bonne équipe et il faut leur donner ce crédit : ils ont bien fait jusqu’à maintenant. Je ne suis pas vraiment inquiet pour autant. Nous nous concentrons avant tout sur nous-mêmes et si nous sommes en mesure de jouer comme nous le pouvons et que nous exécutons notre plan comme il faut, nous allons faire des différences », assure le joueur.

« Nous n’avons pas non plus connu un très gros début de saison l’an passé », rappelle-t-il d’ailleurs.

(Photo: Marissa Baecker/Shoot the Breeze)

Un joueur installé

Dans cet objectif de prise de points, Shamit Shome aura son rôle à jouer. Le joueur passé par l’Impact de Montréal, en MLS, et le FC Edmonton est pleinement titulaire dans le milieu de terrain du Cavalry. Il participe à toutes les rencontres, même s’il lui arrive de céder sa place en cours de match. 

Principalement utilisé au milieu, il peut aussi être amené à évoluer dans le couloir droit de la défense. Une position qu’il a découverte avec Thierry Henry à Montréal et dans laquelle il a progressé. 

« J’ai joué beaucoup de matchs à cette position et j’y suis à l’aise maintenant. Je comprends où je dois me placer avec le ballon, sans le ballon, comment je dois défendre en un contre un. C’est une position que j’apprécie, que je comprends. Ou dois-je me positionner vis-à-vis du milieu de terrain, à quel moment puis-je m’engager… Il y a une balance à trouver à cette position. Cela pose aussi des questions à l’autre équipe. Soit je rentre vers l’intérieur ou soit je reste en place… Je peux choisir mes moments, jouer avec le milieu ou avec l’ailier. Le coach me donne la liberté de jouer comme je le sens à cette position. Je joue un peu plus au milieu cette saison par rapport à l’an passé, mais cela reste une option pour l’équipe », dit-il.

Cette polyvalence lui permet d’être un homme de confiance de son coach Tommy Wheeldon Jr. À 26 ans, Shamit Shome est dans la fleur de l’âge. Il est l’un des milieux de terrain les plus réguliers de la ligue, un joueur fiable qui évolue à un niveau constant. Ces prestations, son statut de joueur expérimenté, passé par la MLS et qui dispose désormais de plusieurs années de jeu au sein de la CPL, en fait une valeur sûre. 

Depuis le début de la saison, Shamit Shome a disputé 837 minutes en CPL, en plus d’un match de championnat canadien et les deux matchs de Coupe des champions de la Concacaf face à Orlando, au cœur de l’hiver.

« Il y a un respect mutuel entre Tommy et moi. On se connait depuis très longtemps puisqu’il était mon entraîneur dans l’équipe provinciale U16. C’est d’ailleurs à partir de là que les choses ont commencé à changer pour moi, que ma carrière a décollé. C’est grâce à lui. Il me donne une grande liberté pour le contrôle de ma position sur le terrain. Il me fait confiance dans mon positionnement vis-à-vis de mes coéquipiers autour de moi, à bien organiser l’équipe », explique Shamit Shome. 

Il le lui rend bien, au bénéfice du Cavalry.